HISTOIRE DES HARAS

Des pouliches gagnantes de Groupe I

Tout éleveur-propriétaire aspirant à être compétitif au plus haut niveau est particulièrement intéressé par les performances de ses futures poulinières sur les champs de courses.

L’Aga Khan et tous ceux qui travaillent pour lui sur les haras ont eu matière à se réjouir. En France, par exemple, il fut le premier à égaliser le record détenu par Edmond Blanc, datant d’avant la Première Guerre mondiale, en gagnant trois Prix de Diane consécutifs. Les pouliches entraînées par Alain de Royer Dupré qui contribuèrent à ce record furent Vereva (1997), Zainta (1998) et Daryaba (1999). De ce trio, la victoire la plus difficile fut celle de Zainta, pourtant invaincue en cinq sorties avant la course. Ce fut seulement sur le poteau qu’elle réussit à prendre l’avantage d’une courte tête sur la bonne Abbatiale. Cette victoire fut particulièrement évocatrice puisqu’elle représentait la première victoire classique d’un descendant de Petite Etoile, l’extraordinaire jument du Prince Aly Khan. Douze mois plus tard, la situation de Daryaba était à sa façon encore plus stressante. La veille au Gala des Courses, le Prince Aga Khan reçut un prix le récompensant en tant que meilleur propriétaire des 50 dernières années, voté par un comité de juges assisté par les lecteurs de deux revues hippiques françaises. Pourtant, non seulement elle vint tout à fait à l’extérieur pour gagner facilement d’une longueur devant Star Of Akkar, mais elle continua son ascension pour devenir un peu plus tard la première pouliche de l’Aga Khan à réussir le doublé Prix de Diane / Prix Vermeille. Zarkava réussira également ce doublé, neuf ans plus tard.

L’année précédente Zalaiyka avait réussi la première étape d’un doublé classique de pouliches en gagnant la Poule d’Essai des Pouliches. Au Curragh, John Oxx avait aussi les deux excellentes pouliches Timarida et Ebadiyla. Timarida, était une grande voyageuse et elle sortit des rangs des handicaps en 1995 et 1996 pour remporter une belle série de courses de Groupe. Elle finit son année de trois ans avec une passe de trois de 1600 mètres à 2000 mètres, en commençant par les Matron Stakes au Curragh, suivi du Prix de l’Opéra, avant de traverser l’Atlantique pour la première fois et aller gagner les E P Taylor Stakes à Woodbine. Suite à ces victoires, elle fut nommée meilleure pouliche de sa génération sur la distance classique, dans la classification internationale. Chose assez rare chez les pouliches gagnantes de Groupe de l’Aga Khan, elle resta à l’entraînement à quatre ans et confirma sa réputation de grande voyageuse en Allemagne, où elle devança leur meilleur cheval d’âge local nommé Germany, dans le Preis-Bayerisches Zuchtrennen. Puis elle alla aux Etats-Unis pour les Beverley D Stakes où elle prit un avantage de deux longueurs et demi sur le fil. Elle remporta son troisième Groupe I de l’année de retour en Irlande dans les Irish Champion Stakes où elle accéléra devant un lot de première qualité qui comprenait Shaamit, le gagnant du Derby, et Dance Design, la gagnante des Oaks Irlandaises.

L’année suivante, la meilleure des pouliches entraînées par Oxx fut la batteuse de records Ebadiyla, qui, par ses victoires dans les Irish Oaks et dans le Prix Royal-Oak (l’équivalent français du St Leger), fut la première à réaliser ce doublé bien que l’histoire de ces deux courses remonte au 19ème siècle. L’importance du doublé d’Ebadiyla fut seulement révélée dans les années qui suivirent, quand sa sœur Edabiya gagna les Moyglare Stud Stakes et son frère Enzeli triompha dans la Gold Cup à Ascot. Ceux-ci étaient les trois premiers foals produits par Ebaziya et le trio gagna des Groupes I sur des distances de 1400 à 4000 mètres.